La Grande Interview News Rencontre

La grande interview : avec le Street artiste Kaï

vec Kaï, 'Marlboro', devient ‘Morons’, “imbéciles”, dans la langue de Shakespeare, les vaches sont ‘vuittonisées’, les stop de circulation se font poétiques et des pochoirs naissent dans les rues d’Israël, alors en pleine Intifada des couteaux. Évidemment on pense à Banksy, tant par ses actions contestataires que par son champs d’action rapide. Nous lui avons demandé de se prêter au jeu de La Grande interview.

Kaï, Street artiste franco-américain de 24 ans, se prête au jeu de La Grande Interview

Avec Kaï, ‘Marlboro’, devient ‘Morons’, “Imbéciles”, dans la langue de Shakespeare, les vaches sont ‘vuittonisées’, les panneaux de circulation se font poétiques et des pochoirs naissent dans les rues d’Israël, alors en pleine Intifada des couteaux. Évidemment on pense à Banksy, tant par ses actions contestataires que par son champs d’action rapide. Nous lui avons demandé de se prêter au jeu de La Grande interview :

IMG_0872

1. Peux-tu te présenter rapidement ?

Je m’appelle Kaï, je suis né à Los Angeles et j’utilise la rue comme moyen d’expression.

2. De quelle façon abordes-tu le travail sur toile ?

Mes dernières œuvres sur toile ne sont pas réellement « sur toile ». Je fais avant tout de l’art de rue. Mais j’ai commencé à m’intéresser à la toile lorsque des collectionneurs ont arraché les œuvres de la rue pour les mettre chez eux.

C’est ce qui est arrivé avec mon travail. Je colle mon art sur les murs et je le retrouve plus tard en vente sur le site internet ebay.

J’ai donc décidé de mettre en place quelque chose d’unique, et de m’inspirer dans mon travail, de ces collectionneurs et musées qui volent l’art.

Reach for Stars 30x30 Modern Relics

J’ai créé la série « Modern Relics », cela ressemble à quelque chose qui a survécu au temps, mais on est dans du moderne quand même. Cette série représente la pièce qui vient d’être volée à la rue.

3. Pourquoi ce bonhomme ?

If est un ami imaginaire, il a été crée après j’ai étudié à l’ENSBA à Paris. La théorie de ce personnage « Imaginary Friend » est qu’il est reconnaissable par tous, comme le symbole du bonhomme qu’on retrouve dans les toilettes par exemple. Il peut être compréhensible de tous. Le spectateur n’a pas besoin de savoir lire.

4. Et ce voyage en Israël ?

Lorsque j’ai voyagé en Israël, mon premier souhait était seulement de voyager, cela aurait pu être dans n’importe quel pays. Quand je suis arrivé à Hebron, la ville était en guerre. Il était de mon devoir de partager un peu d’amour avec les habitants. Je l’ai fais à travers mon personnage IF.

5. Te rappelles-tu d’un moment fort que tu as eu en allant mettre tes œuvres dans la rue ?

Je ne suis pas sûr d’avoir eu un moment fort mais j’ai adoré voyager dans le monde entier pour une seule raison : celle du Street Art. La plupart des gens ne flânent pas pour se perdre dans les rues qu’ils visitent, contrairement à moi. Cela m’a donné d’incroyables souvenirs.

C0047.MP4.13_22_12_10.Still001.jpg

Mon top 5 :

-Être recherché par la police israélienne dans une zone de guerre ( NDLR : l’artiste part à Hebron en 2016, en pleine Intifada des couteaux. Il réalisera de nombreux pochoirs, ce qui lui vaudra certaines frayeurs.)

-Escalader un monument français pour poser une petite plaque de ciment.

-Afficher dans le métro du Louvre

-Prendre en charge Soho, NYC avec un panier

-Être arrêté par la police à Wynwood à Miami

IMG_1797

6. Et d’un moment plus compliqué ?

Il y toujours un moment compliqué dans la vie. La plupart du temps, je pense que je suis pleinement préparé mais il y a toujours de fortes chances que quelque chose tourne mal, et ça tourne souvent mal ! Les bons Street Artistes s’adaptent tandis que les autres s’arrêtent et rentrent chez eux.

 

7. Tu vis aux Etats-Unis, es-tu inquiet pour l’avenir du pays?

Je ne suis pas sûre d’être inquiet ou pas. Mais je sais que les choses finissent toujours bien, je souhaite rester calme. Mon but est de rendre les gens heureux.

8. Tu fais parti de ceux qui pensent que les artistes doivent être engagés?

Je pense que chaque artiste est différent et que chacun doit faire ce qui le pousse à s’engager dans une cause.

DSC00064.JPG

9. Un sujet qui t’agace vite ?

Aucun sujet ne m’agace, je suis ouvert d’esprit et prêt à écouter.

10. Un sujet sur lequel tu pourrais parler des heures ?

L’amour, le bonheur et la réussite.

11. Ta dernière grande déception ?

Ma dernière déception a été de ne pas être accepté pour un projet dont j’étais très heureux de faire parti. J’ai aussi été déçu par mon monteur vidéo qui m’a quitté.

Just Evil

12. Ta dernière grande satisfaction ?

Je suis satisfait chaque matin et chaque soir puisque je crée pour transmettre la positivité autour de moi et à travers mon art.

13. As-tu bon caractère ?

Je ne sais pas, je vous laisse juge ! (il rit). Je crois plus sérieusement que mon travail parle un peu de mon caractère.

14. Quelque chose que tu trouves aberrant ?

Les artistes

15. Une personnalité que tu adores ?

Le peintre Rothko, le chanteur JMSN. ((NDLR : Mark Rothko, 1903 -1970, est un peintre américain d’expressionnisme abstrait. JMSN, Christian Berishaj, prononcez Jameson, est un chanteur compositeur américain de R’n’B)

16. As-tu déjà été influencé dans ton art ?

Je pense que la plus grande influence dans mon art est d’avoir essayer de créer un nouveau concept de Street Art, plus élevé. Je pense que mes ciments en sont le reflet.

17. Une personnalité décédée que tu aurais adoré rencontrer ?

J’aurais adoré rencontrer mes grands-parents.

18. Ta chanson du moment ?

Lotto par On the Fence

19. Tes prochains projets ?

Je travaille actuellement sur beaucoup de projets, mais vous pouvez suivre mon Instagram pour voir mes actualités ◊

Website: www.kaiart.com
Instagram: kaiaspire
Facebook : Kai Aspire Art

Urban Art Fair New York
Stand Markowicz Fine Art
Stand 5.01


Kaï, Street artist Franco-American 24 years, lends itself to the game of La Grande Interview

DSC_1903

Kaï, Street artist Franco-American 24 years, lends itself to the game of La Grande Interview With Kai, Marlboro becomes ‘Morons’, the cows are ‘vuittonized’, the traffic stop takes a poetic meaning and stencils are born in the streets of Israel, then in full intifada knives.Obviously, we think of Banksy, both by its protest actions and by its rapid field of action. We asked him to play the game of La Grande interview.

1.Can you introduce yourself ?

I’m Kai, an artist who was born in Los Angeles, but I seem to use the streets everywhere to express myself

2. Can you explain how you work on canvas ?

My latest works on canvas aren’t really canvas. The works come from the concept of true street art and the phenomena happening today, where collectors are ripping out pieces of wall to “own” street art.

I personally had that happen to my street work ! I would post art up in the streets and later find it for sale on the website Ebay.

So, I decided to created something that pays homage to that process. My new work is inspired by collectors taking art from the street and also by museum artifacts.

I created a Modern Relic, something that looks and feels like it survived through the times, but is modern in its design and feeling. It also has the vibe of a piece of street art being stolen.

3.Why this man ?

If is an imaginary friend, it was created after I studied at the ENSBA in Paris. The theory of this character « Imaginary Friend » is that it is recognizable by all, as the symbol of the good man that one finds in the toilets, it can be comprehensible of all. The viewer does not need to know how to read.

DSC05016.jpg

4.Why this trip to Israël ?

When I traveled to Israel, it was like traveling to any country where I put up art. However, I chose Israel and specifically Hebron because there was a war going on there and I felt like the city and the people needed a little love shared with them. I made it through my character IF.

5.Do you remember a highlight that you had by going to put your works in the street ?

I’m not sure I have highlights but I really do enjoy traveling the world and getting to see the cities I visit because of street art. Most people don’t walk around and get lost in a city they visit, thats all I seem to do. It gives me real memories in every city I visit.

My Top 5: 

-Being wanted by the Israeli police in a war zone (The artist leaves in Hebron in 2016, in full Intifada knives. He will make many stencils, which will earn him some fears.)

-Climbing onto a french monument in Paris to put up a little Plaque

-The Louvre takeover

-Taking over Soho, NYC with a shopping cart

-Getting Arrested in Miami/Wynwood

IMG_1797

6.And a more complicated moment ?

There is always a complicated moment. Most of the time, I think I’m fully prepared but when there’s a possibility for something to go wrong, it will go wrong ! The good street artists adapt and the other ones pack up and go home.

7.You live in the United States, are you worried about the future of the country ?

I’m not sure if I’m worried or not. But, I do know that things always work themselves out. So, I just have to stay calm and do what I can to make people comfortable and happy.

8.Are you one of those who think artists should be engaged ?

I think every artist is different, and I think an artist needs to do what makes them comfortable.

9.A subject that annoys you quickly ?

No subject annoys me, I’m open-minded and willing to listen, but that doesn’t mean I’ll make work about it.

10. A topic you could talk about the hours ?

Love, and what happiness and success really is.

11.Your last great disappointment ?

My last great disappointment was getting rejected for a project I was super excited about. Or, my film guy quitting.

C0047.MP4.13_22_12_10.Still001

 

12.Your last great satisfaction ?

I’m satisfied every morning and every night, I get to create and affect people through positivity and different mediums and call that my job.

13.Do you have a good personality ?

I don’t know I’ll let you be the judge of that. (he’s Laughing) But I guess my work speaks for my personality.

14.What do you find completely aberrant ?

Artists

15.A personality you love ?

Rothko, JMSN. (ED : Mark Rothko, 1903 -1970 is an American painter of abstract expressionism. JMSN, Christian Berishaj, pronounced Jameson, is an American singer-songwriter of R’n’B.

16.You have already been influenced in your art ?

I think my biggest influence in my art came from trying to create street art in an elevated manner. I think my cement reliefs with cement frames really accomplished that and set me on my path.

17.A deceased personality that you would have loved to meet ?

I would have love to meet either of my father’s parents.

18.Your song of the moment ?

“Lotto” by On the Fence

19.Your next projects ?

I’m working on a ton of projects, stay posted on my Instagram and website to see what’s coming next. ◊

Website: www.kaiart.com
Instagram: kaiaspire
Facebook : Kai Aspire Art

Urban Art Fair New York
Stand Markowicz Fine Art
Stand 5.01

0 comments on “La grande interview : avec le Street artiste Kaï

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :