News

Les artistes urbains du 5Pointz à New York, indemnisés de 6,7 millions de dollars

La décision est enfin rendue et elle va en réjouir plus d'un : le propriétaire du 5Pointz a été condamné à payer 6,7 millions de dollars pour avoir recouvert de blanc les murs investis par de nombreux artistes urbains.

La décision est enfin rendue : le propriétaire du 5Pointz a été condamné à payer 6,7 millions de dollars pour avoir recouvert de peinture blanche les murs investis par de nombreux artistes urbains.

En novembre 2013, le propriétaire des lieux, le promoteur Jerry Wolkoff, fait repeindre en blanc et en une nuit, toutes les œuvres qui recouvrent les murs de Five Pointz, devenu une référence. Quelques mois plus tard, le lieu sera en partie détruit pour donner naissance à un complexe luxueux (projet accepté par le conseil municipal de la ville). La nouvelle fait l’effet d’une douche froide. Cette ancienne usine de compteurs à eau situé à Long Island City, à l’extrême sud-ouest du Queens, était considérée comme « le lieu de résidence de la plus grande collection d’art à la bombe (de peinture) aux Etats-Unis» relate le juge Frederic Block, en charge de l’affaire.

La justice au nom de l’art urbain

Effarés d’un tel acte vécu comme une agression, 21 artistes dont Jonathan Cohen, alias Meres Ones, saisissent la justice. Sorte de conservateur des lieux, l’artiste avait un deal avec le propriétaire, liberté absolue de recouvrir les murs du Five Pointz (comme les cinq arrondissements de New York) tant que cela ne porte pas atteintes aux bonnes mœurs.

5pointz.jpg

Pour que leur requête aboutissent, les artistes s’appuient sur le Visual Artists Rights Act, une loi qui protège les droits des artistes et l’intégrité de leur production. «Toute destruction volontaire ou due à une négligence d’une œuvre constitue une violation de ce droit»

Ils viennent d’obtenir gain de cause : 6,75 millions de dollars dont 1,325 million à Jonathan Cohen.

Pour le propriétaire, c’est un coup bas. Selon lui, les artistes savaient depuis le début que le lieu serait un jour rasé. «Ils peignaient par-dessus leurs propres œuvres en permanence, et ce depuis des années. C’est l’essence même du graffiti. Je n’aurais jamais cru qu’il me poursuivrait en justice… ils mordent la main qui les a nourris. Ils savaient depuis dix ans que j’allais démolir le bâtiment un jour»*

Le juge Frederic Block condamne l’attitude du propriétaire à détruire, saccager les œuvres du lieu avant même l’obtention de son permis de construire.

«S’il n’avait pas détruit 5 Pointz avant d’avoir reçu son permis et s’il l’avait démoli 10 mois plus tard, la Cour n’aurait pas constaté qu’il avait agi volontairement.»

L’issue de ce procès montre l’évolution du droit des artistes et surtout de cet art controversé qui gagne sa place au même titre que les autres. ◊

Pierre Martin pour Streep

5 Pointz
45-46 Davis Street,Long Island City
NY 11101
États-Unis

*New York Times

1 comment on “Les artistes urbains du 5Pointz à New York, indemnisés de 6,7 millions de dollars

  1. Ca c’est une décision importante ! Après, tout est toujours discutable. Quel était vraiment le deal convenu entre le propriétaire et les artistes ? Sait-on vraiment le fond du fond de l’histoire ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :