Festivals News

La ville d’Uzès aussi a son festival de street art : avec Hopare, Koga One …

Depuis deux ans, la ville d'Uzès accueille un festival d’art urbain.

On connait Uzès pour la richesse de son patrimoine historique avec sa cathédrale du XVII ème siècle, ses rues médiévales, son troisième plus beau marché de France. Depuis deux ans, Uzès c’est aussi un festival d’art urbain.

Pendant une semaine, des artistes comme Hopare, Koga One, Grumo sont venus embellir les murs de la ville d’Uzès, et deux de ses quartiers (les Mûriers et les Amandiers) aux façades un peu passées. Une initiative artistique réalisée par une jeune bande d’Uzétiens. Rencontre avec l’artiste Swed Oner, un de ses fondateurs et enfant du pays.

Comment est venue l’idée de ce festival ?

C’est avant tout l’histoire d’une bande de potes. Je connais Julien et Mika depuis l’enfance, ils organisaient un événement musical sur notre ville. Je leur ai proposé d’y ajouter une section street art.


Cela n’a pas été simple car une partie de l’organisation n’y tenait pas. Pour diverses autres raisons, ils ont quitté le projet. Se retrouvant libres et toujours autant motivés, nous avons décidé de monter un festival regroupant musique actuelle et art urbain. Julien m’a ensuite présenté Charlotte et Luigi, organisateurs de soirées à Montpellier et aussi originaires d’Uzès : le courant est passé entre nous, l’aventure Cicada commençait ! (NDLR : pendant une semaine, le festival Cicada permet à des artistes nationaux de s’approprier quelques murs de la ville. S’ensuit également une soirée au jardin de l’évêché, mélangeant concert electro, live painting et druck food)

En quoi ce festival peut avoir un impact sur la ville d’Uzès ?

Je ne sais pas si le festival peut réellement avoir un impact sur la ville, mais quand on voit comment se sont développés des événements comme les Electro d’Uzès, ou les lives aux Ponts (festival musical au Pont du Gard qui n’existe plus depuis deux ans), on peut imaginer que notre événement continue son développement et par son impact, fasse encore plus connaître Uzès en tant que ville d’art et de culture.

Un moment fort vécu grâce au festival ?

Il y en a tellement ! Je dirais les réunions où nous arrivions enfin à être tous les cinq, ce qui est rare vus nos emplois du temps respectifs. C’était toujours de bons moments, très drôles.

Que veux-tu que les gens retiennent de cet événement ?

On espère qu’ils ont ressenti toutes les bonnes vibes que nous avons essayées de mettre dans notre festival. Si en plus il peut susciter des vocations futures chez les plus jeunes, ça serait chouette.

L’avenir du festival ?

Nous venons de finir la deuxième édition, on a besoin de couper pendant quelques temps avant de commencer à en reparler.

20180525_165038
Détail de la fresque d’Okus ©streep

On espère qu’une troisième édition aura lieu. Parce que cette sympathique équipe est organisée et débrouillarde, qu’elle a réussi à susciter un vrai engouement des habitants du quartier face aux nouveaux murs créés.
On sait l’énergie qu’il faut déployer pour monter à bien des projets, les barrières humaines à dépasser pour que ne se ternissent pas les objectifs voulus.
Le festival Cicada permet à la ville d’Uzès d’offrir un autre regard sur son patrimoine, une vision contemporaine où se mélangent des arts différents. Une vraie richesse pour nous tous. A saluer. ◊

Festival Cicada
Ville d’Uzès (30)

Facebook du festival

2 comments on “La ville d’Uzès aussi a son festival de street art : avec Hopare, Koga One …

  1. Armand petit

    Genre de manifestation qui fait plaisir ! Continuez

  2. camomille deglé

    Tout à fait d’accord. Ca permet d’apporter un regard différent

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :