Festivals News

Street art au pays des fjords et des glaciers ou la renommée internationale du Nuart Festival

Un festival arctique qui se mérite.

Fintan Magee, Ella&Pitr, Add Fuel, Axel Void, Alice Pasquini, Roa…la liste des artistes ayant participé au Nuart est longue. Un festival nordique qui se mérite

20180908_140038
Helen Bur, Nuart Festival, Stavanger, Norvège, 2018 ©Streep

Si pour certains la rentrée scolaire occupe la plupart des conversations, pour d’autres, c’est le moment de prendre l’avion direction le Grand Nord.

Voilà quelques années maintenant que la Norvège propose un festival d’art urbain sélectif : le Nuart Festival. L’artiste qui a la chance d’avoir été invité à cette 18 ème édition, découvre Stavanger, 4 ème ville de Norvège, à la luminosité bien particulière et au caractère affirmé.

Un environnement influenceur d’oeuvres…

Ici, une éclaircie peut être suivie d’une rude averse dont aucun vêtement ne sort épargné. Mais quand le soir tombe doucement sur ce joli port, les rayons du soleil ont une couleur incroyable. Aussi chaleureux que l’intérieur des maisons en bois blanc, un doré attendu, presque aveuglant.


De quoi attirer la créativité artistique malgré un temps capricieux. En réalité, cette météo indomptable fait partie intégrante du caractère du festival. A l’artiste de s’adapter, challenge jusqu’à présent toujours relevé.


Le norvégien Ener Konings n’a ainsi pas hésité à plonger dans l’eau pour coller sa demoiselle sur ce ponton.

20180908_122017
Ener Konings, Nuart festival, Stavanger, Norvège, 2018 ©Streep

L’oeuvre de l’australien Fintan Magee, représentant deux pêcheurs, est d’autant plus belle qu’elle se reflète dans les flaques présentes au pied du mur.


Quant aux anglais Conzo & Glöbel, ils jouent avec les anciens codes publicitaires adeptes d’une recherche artistique sur le produit à vendre et l’historique de la ville. Une affiche vante les mérites du hareng en conserve (Thorfin) en mer du Nord. Au 18 et 19 ème siècles, Stavanger vivait aisément de cette pratique. En-dessous, un avion évoque la ville écossaise d’Aberdeen où le Nuart a également créé une antenne depuis l’année dernière.

20180907_193857
Conzo & Glöbel, Nuart Festival, Stavanger, Norvège, 2018 ©Streep

…et de messages plus universels

On le sait, la Norvège est réputée pour respecter les valeurs fondamentales, bien plus que certains de ses voisins. L’égalité entre homme et femme est très bien acceptée, tout comme la non subordination dans les rapports humains.
Un climat pacifiste dont les artistes s’imprègnent pour évoquer des sujets sociaux. L’anglaise Helen Bur représente un homme traçant un cercle rouge autour d’une fléchette. Créerait-il sa propre perte ?

La fresque de l’argentine Milu Correch fait froid dans le dos. On y voit des femmes presque nues levant les bras faussement nouées par des cordes, des animaux morts à leurs pieds, bateaux échoués et flammes désastreuses.

20180908_142806
Milu Correch, Nuart Festival, Stavanger, Norvège, 2018 ©Streep

Dans un registre plus léger, Martin Whatson représente l’éternelle guerre entre graffeurs et nettoyeurs.

Stavanger, ses maisons en bois, sa tranquillité confortable donnant au temps une toute autre dimension et ses murs, nombreux, incroyables, encore enrichis cette année. Un lieu que l’on quitte à regret, heureux d’avoir été de l’aventure. ◊

Nuart Festival
6-9 sept 2018
Stavanger (Norvège)

0 comments on “Street art au pays des fjords et des glaciers ou la renommée internationale du Nuart Festival

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :