Festivals News

Mister Freeze à Toulouse ou la douce folie des grandeurs

Un nouveau cru toulousain réussi

De l’espace à n’en plus voir, de la couleur et des artistes urbains disponibles pour un nouveau cru toulousain réussi.

Vidéo en fin d’article.

20180927_161523
Madame, Mister Freeze, Toulouse, 2018 ©Streep

Toulouse, 29 degrés à l’ombre, l’esprit se sent en vacances, impatient de découvrir les nouvelles fresques de Mister Freeze. Depuis 2012 et quelques transformations plus tard, le concept reste inchangé, accueillir une exposition XXL d’art urbain dans un ancien hangar aéronautique toulousain de 2500m2. Il n’est pas question de thèmes, de recherches précises entre art et environnement mais juste de créations libres, pour le plaisir.

Mister Freeze, enchanteur d’une énergie positive

Il est 14 heures, le vernissage approche. Les artistes installent leurs dernières toiles sur les palissades disposées au centre du bâtiment, nouveauté 2018. On se sent bien petit dans l’immensité de ce lieu recouvert de pensées artistiques. Des sculptures aussi démesurées que le lieu attirent le regard. Ici une installation géante – oeuvre du lyonnais Monsta – là, un penseur en bois conçu par le parisien Antonin Voisin Alias Anto.

A terre, une carcasse d’avion – clin d’oeil au passé aéronautique du lieu – fait écho à la fresque de l’artiste Vilx dont les motifs enfantins sont proches de la bande dessinée : des Fous du volant se disputent le ciel. Un peu plus loin Mondé achève son œuvre, pendant que Reso bombe une sculpture ronde comme une pièce de monnaie, légèrement scindée, impossible perfection. Taroe ajuste ses toiles, concentré, même dans un emploi du temps frisant la démence. Des artistes que l’on retrouve toujours avec plaisir, dans leur faculté à rester eux-mêmes.

Tel Katre, terminant son installation, photo d’une friche industrielle rehaussée de néons. Ou la poésie du lieu abandonné qui renaît fugacement à travers la lumière et l’énergie du rouge primaire. Quelques minutes plus tard, assis sur un pot de peinture, il inscrit sur un des murs de l’entrée, le nom de tous les artistes ayant participé à cet événement annuel.

Les vélos circulent nombreux, gain de temps considérable pour les artistes, tant l’endroit est grand. Un partenariat précieux avec La Maison du véloToulouse.

20180927_160521
En arrière-plan, LEGZ « The Spaghettist », Mister Freeze, Toulouse, 2018 ©Streep

Mister Freeze, abordable comme au premier jour

Le vernissage a débuté. On se rend d’abord à l’Espace Cobalt pour siroter une sangria. Le hangar ouvre une heure plus tard, mettant les invités face à une attente curieuse, mélange de hâte et de satisfaction du moment plaisant.

Des mondes différents se croisent, au doux choc. Incontestablement une des plus grande force de Mister Freeze : ici les artistes sont disponibles, pas d’égaux démesurés. Ils échangent avec un public, fidèle au rendez-vous.

Les visiteurs se nourrissent d’un art direct, créé ici sans aucune autre volonté que l’impact émotionnel procuré. Du plaisir en consommation illimitée. ◊

Mister Freeze
Espace Cobalt
Jusqu’au 7 octobre
Toulouse

Expo-misterfreeze.com

1 comment on “Mister Freeze à Toulouse ou la douce folie des grandeurs

  1. Cher streep…ce n’est pas un lapin mais pinocchio que notre ami julien monsta à preparé pour l’edition

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :