Marque-page News

Green Art de Linda Mestaoui, quand l’art urbain se met au vert

La nature comme support artistique

L’auteur Linda Mestaoui signe son deuxième ouvrage* aux Editions Alternatives. Une réflexion sur le rôle de la nature dans le processus créatif

39523519_223083541888454_3077488859521482752_n
L’artiste Olga Ziemska ©Streep

Green Art est d’abord un bel objet. Une couverture cartonnée à la photographie élégante de l’artiste français Philippe Echaroux réalisée lors de son voyage au cœur de la forêt amazonienne, des clichés esthétiques venant des artistes eux-mêmes et une mise en page efficace, classée en quatre chapitres.

20181026_130257
Couverture d’une projection de Philippe Echaroux en Amazonie ©Streep

Un livre engagé sur le devenir de notre planète

On ne peut pas écrire, s’intéresser à un tel art et ses pratiques sans avoir soi-même une conscience environnementale. Il est évident que l’auteur de Green Art n’a pas composé son livre sans réflexion profonde sur le sujet. Si la couverture est superbe, elle est aussi très percutante. Philippe Echaroux photographie les Surui, peuple indigène de l’Amazonie brésilienne, afin de les projeter sur les arbres, le soir venu. Derrière ce «Street art 2.0» (projection de lumière sur un support), une idée fixe : informer sur la déforestation en Amazonie.

20181026_130434.jpg
Projections nocturnes questionnant sur le devenir du peuple indigène amazonien ©Streep

«Vu l’urgence, l’idée est de sensibiliser à l’écologie avec des messages simples, compréhensibles par tous de manière immédiate» Philippe Echaroux, artiste

Des artistes plasticiens d’un paysage en éternelle incertitude

L’auteur s’intéresse à 25 artistes internationaux qui jouent avec notre terre pour délivrer un message fort, poétique, éphémère, sans idée mercantile, puisque cet art est encore hermétique à la marchandisation. Pour combien de temps encore ?

Un entretien avec James Crump, réalisateur du documentaire Troublemakers, The story of Land Art permet d’appréhender cette question et la fascination autour des land artists, mérité puisque chaque action comprend le risque de ne pas maîtriser son aboutissement.

«La création échappe au contrôle de l’égo…En acceptant le caractère éphémère de leurs réalisations, les «green artistes» s’inclinent devant l’impermanence du tout.»  Linda Mestaoui, écrivaine

Que dire de l’artiste suisse Saype qui marie le Land Art (une tendance de l’art contemporain utilisant le cadre et les matériaux de la nature. Les œuvres sont en extérieur et donc exposées aux éléments, ce qui écourte leur durée de vie) et le graffiti, pour réaliser des fresques géantes à l’aide d’une peinture biodégradable.

«Je mets mon art au service de la terre et de l’humanité » Saype, artiste suisse

Magie des figurines en céramique de fibres de nylon déposées en pleine nature par le finlandais Kim Simonsson, incroyables installations de l’africaine Hannelie Coetzee au service des écosystèmes, beauté des motifs réalisés à même la neige par l’anglais Simon Beck…

20181026_130713
Motifs réalisés à même la neige par l’anglais Simon Beck ©Streep

Un livre qui explique la démarche de chaque artiste présenté, à grand renfort de belles illustrations. On y apprend et découvre beaucoup. ◊

* Linda Mestaoui est l’auteur de « Combo, artiste à risques » paru aux éditions Alternatives en 2016.

Green Art
La nature, milieu et matière de création
Linda Mestaoui
Editions Alternatives
35 euros

0 comments on “Green Art de Linda Mestaoui, quand l’art urbain se met au vert

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :