News

Train de Noé : le street art remet l’écologie sur les rails

Un wagon graffé pour sensibiliser à la cause environnementale.

Après la Pologne, l’Autriche et l’Allemagne, les wagons graffés du Rail Freight Forward ont fait escale à Paris, à la Gare de l’Est, samedi 2 février. L’objectif : sensibiliser à la cause environnementale.

5DSR5485
©Rail Freight Forward

Oubliez l’Arche telle que vous la connaissez, ce gros bateau biblique construit par Noé et fait de bois flottant. Aujourd’hui, modernité oblige, elle est constituée d’acier et roule sur les rails de l’industrialisation. Cependant, sa visée reste la même : sauver le monde du déluge. Autre détail et pas des moindres, ce n’est plus un vieil homme barbu qui en est l’initiateur mais la coalition européenne des transports ferroviaires, Rail Freight Forward.

5DSR5478
©Rail Freight Forward

Conscients de la dégradation croissante et irréversible de notre écosystème par l’homme et l’expansion de son monde dit «civilisé», les membres de cette ligue de Fret à l’échelle de l’Europe ont décidé de s’associer avec des artistes de street art pour médiatiser l’urgence de notre situation.

Parti mi-décembre de Katowice (en Pologne) au moment où se tenait le sommet de la COP24, le «train de Noé» est depuis passé par Vienne, Berlin et la capitale française. À chaque escale, celui-ci s’est embelli des fresques d’artistes locaux. Des espèces animales en voie de disparition, de la végétation luxuriante… Autant de motifs comme autant de messages censés nous alarmer quant à la précarité de notre environnement.

DxrarOnXcAUPVD1

Prêcher la bonne parole, montrer la bonne voie

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette Arche 2.0 a pris l’aspect d’un train, le trafic par voie de chemin de fer étant celui dont l’empreinte carbone demeure la plus faible. En interpellant et en sensibilisant les usagers du rail à son engagement pour le climat, le «train de Noé» espère ainsi faire doubler la part du fret ferroviaire d’ici 2030. Et ce, afin d’éviter lors de la prochaine décennie, l’émission de près de 300 millions de tonnes de CO2 causé par les transports de marchandise aériens et maritimes.

5DSR5489
©Rail Freight Forward

Le périple de l’oeuvre roulante devrait s’achever à Bruxelles fin février. Pour cause : la capitale belge étant le siège du Parlement européen, les appels de la société civile récoltés tout au long de ce voyage militant et appelant à plus de fret ferroviaire seront remis aux responsables de l’UE.

À voir si nos dirigeants prendront donc le train en marche pour faire avancer le monde ou s’ils continueront à foncer droit dans le mur de l’indifférence, quitte à le faire dérayer.◊

Clotilde Gaillard pour Streep

Rail Freight Forward
railfreightforward.eu

0 comments on “Train de Noé : le street art remet l’écologie sur les rails

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :