News

Avec Julio Anaya Cabanding, les chef-d’oeuvres classiques sortent des musées

Des chefs d'oeuvres dans des lieux désaffectés

Le street artiste espagnol Julio Anaya Cabanding reproduit des tableaux célèbres dans des lieux abandonnés.

Uglow1m
© Julio Anaya Cabanding

Si les tickets d’entrée des musées sont hors de votre budget, rassurez-vous : Julio Anaya Cabanding a trouvé la parade pour vous permettre d’admirer gratuitement les plus fameuses peintures de l’Histoire de l’Art.

Ce street artiste inventif, originaire de Malaga, réalise nombre de trompe-l’œil dans plusieurs villes d’Europe, notamment sur sa terre natale, en Espagne, et en Allemagne.

Des productions reprenant à l’identique, jusqu’à leurs encadrements ouvragés, des chef-d’œuvre comme La mort de Marat du néo-classique français Jacques-Louis David (1748-1825) peint en 1793 et conservé au musée royaux des beaux-arts de Belgique, ou encore les paysages de l’impressionniste Claude Monet (1840-1926).

Les interventions picturales de Julio Anaya Cabanding ont la particularité de s’inscrire dans des endroits isolés, sur des murs en ruines ou recouverts de graffitis.

En plus d’un intéressant contraste entre la modernité de l’art urbain et la tradition des institutions, ce parti-pris permet un savant paradoxe entre la solitude de lieux inhospitaliers et l’effervescence des salles de musées aux visiteurs nombreux.

SimonetSostoaA3
© Julio Anaya Cabanding

Quand la copie vaut bien l’original

Mais comment lui est donc venu une telle idée altruiste, qui rappelle la démarche de l’italien Andrea Ravo Mattoni avec ses oeuvres urbaines, copies des grands classiques, ou encore les détournements marins de La Joconde et consorts par le Florentin Bulb ? Julio Anaya Cabanding admet que c’est «à l’université des beaux-arts et, après une longue enquête plastique et conceptuelle» qu’il a «commencé à travailler avec le concept de métapainting», une association entre l’aérosol et la peinture acrylique.

sdr
© Julio Anaya Cabanding

«J’observe beaucoup l’environnement et la surface du mur que je vais investir» nous explique ce génie intuitif. Le processus prend ensuite de quelques heures à une semaine en fonction de la taille du tableau revisité.

Julio espère que ce choc des cultures bouscule et interroge sur la place de l’art dans nos quotidiens.

L’artiste sera présent au Nuart festival d’Aberdeen, «un des plus importants festivals d’art urbain en Europe. Il se tient du 18 au 21 avril en Ecosse» précise t-il ravi. (On vous en reparle, nous y serons !) Il propose ensuite sa première exposition personnelle en Italie à partir du 27 avril «Je l’ai appelé Unstolen et elle se tiendra à la Tales of art Gallery à Imola, une ville proche de Bologne».

Alors, avis aux amateurs… ◊

Clotilde Gaillard pour Streep

Instagram de Julio Anya Cabanding

http://talesofart.it/en/

https://2019.nuartaberdeen.co.uk/

 

0 comments on “Avec Julio Anaya Cabanding, les chef-d’oeuvres classiques sortent des musées

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :