News

De l’art urbain au cœur du Château d’Amboise

Un anniversaire original pour fêter les 500 ans de la mort de Vinci

Pour fêter le 5ème centenaire de la mort de Léonard de Vinci, le château d’Amboise a accepté une idée plutôt originale.

56582270_2704181309598328_2061894695071514624_o
Andréa Ravo Mattoni en plein travail ©Andréa Ravo Mattoni

«J’ai proposé au Château d’Amboise, habité par l’âme du peintre et homme de science italien Léonard de Vinci (1452-1519), qu’un artiste urbain reproduise et expose une œuvre en lien direct avec ce génie…» explique Bob Jeudy, président de l’association le M.U.R. et collectionneur averti.

Voilà comment l’italien Andréa Ravo Mattoni se retrouve au château d’Amboise, ville adorée de Léonard de Vinci qui la découvre à l’âge de 64 ans, sur invitation du roi François 1er (1494-1547).

Un artiste urbain au cœur d’un édifice du XV ème siècle

Andréa Ravo Mattoni  se voit confier la réalisation de cinq toiles géantes, toutes en lien avec un tableau du peintre français spécialisé dans les portraits d’histoire, François-Guillaume Ménageot (1744-1816) : «Léonard de Vinci mourant dans les bras de François Ier» (1781).

Il n’est pas compliqué de comprendre pourquoi Andréa Ravo Mattoni a su capter l’attention des amboisiens, soucieux de prolonger l’exposition réalisée avec la Bibliothèque Nationale de France «1519, la Mort de Léonard de Vinci : naissance d’un mythe». Depuis avril 2016, l’artiste s’est lancé dans un projet ambitieux, intitulé «Une récupération du classique dans le monde contemporain». Il entend «créer une fusion, un pont entre les arts». Ses fidèles reproductions de chefs d’œuvres classiques se retrouvent ainsi sur des murs européens, accessibles gratuitement. Un leitmotiv important pour lui, tout comme le fait de mentionner au bas de sa fresque le musée où l’œuvre originale peut être vue. (Plus d’infos sur l’artiste ici)

«Ici, Léonard, tu seras libre de rêver, de penser, de travailler».

Ces mots prononcés par François 1er accueillent Léonard, fatigué de sa traversée des Alpes à dos de mulet. Sa Joconde est même du voyage. L’homme étrangement vieux pour l’époque se sentira si bien à Amboise, qu’il y restera jusqu’à la fin de sa vie, en 1519.

Une ville forcément imposante pour un artiste, tellement riche artistiquement..

Andréa Ravo Mattoni est resté dix jours en résidence au Château afin de réaliser ses œuvres. Une véritable chance. Le public était invité à découvrir les étapes de son travail. Cinq grands formats (4.5m X 3m), détails du non moins grand tableau de Ménageot, sont ainsi visibles dans la rampe de la tour cavalière des Minimes.

56542051_2704181556264970_1614019340850429952_o
©Andréa Ravo Mattoni

Un projet original qui rappelle les faibles barrières entre tous les arts, et qui salue ingénument le décès de Léonard de Vinci, dont le corps repose à la Chapelle Saint-Hubert du Château Royal. ◊

MD pour Streep

Andréa Ravo Mattoni
Jusqu’au 2 septembre 2019
Château Royal d’Amboise
Montée de l’Emir Abd el Kader
37400 Amboise
De 8,8€ à 12,8 €

Château d’Amboise

Demeure de Leonard de Vinci, le Clos Lucé

0 comments on “De l’art urbain au cœur du Château d’Amboise

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :