News

La crèche de Banksy, piqûre de rappel avant les fêtes de Noël

Le message de Banksy avant les fêtes de fin d’année

Certains diront : encore ! face à cette nouvelle action d’un Banksy très présent sur nos réseaux sociaux en ces fêtes de fin d’année. D’autres salueront une fois de plus la force de sa position.

crèche
La cicatrice de Bethléem, décembre 2019 ©Banksy

La cicatrice de Bethléem est la dernière action de l’artiste britannique Banksy, installée vendredi 20 décembre, à quelques jours de noël. Ce grand communicant a placé une crèche dans son hôtel en Cisjordanie occupée, un lieu controversé se situant en face du mur de 712 kms séparant les États palestiniens et israéliens.

The Walled Off Hotel a ainsi son symbole chrétien à l’approche des fêtes. Marie, Joseph, la vache, l’âne et Jésus (déjà né, tant pis pour les puritains) sont posés devant un mur, barrière de béton, aux graffs invitant à l’amour. Au-dessus de leur tête, un trou, énorme, impact d’un obus, rappelant pourtant une étoile. Message de paix, rappel d’un conflit non réglé ?

creche-noel-bethleem-banksy-111503-1@1x
La cicatrice de Bethléem, décembre 2019

Wissam Salsaa, le directeur de l’hôtel considère La cicatrice de Bethléem comme une « cicatrice de la honte ». Une façon de rappeler la position intrusive des israéliens face aux palestiniens.

« Le mur symbolise la honte pour tous ceux qui soutiennent ce qu’il se passe sur notre terre, tous ceux qui soutiennent l’occupation illégale» par Israël de la Cisjordanie, depuis 1967. Wissam Salsaa, directeur du Walled Off Hotel

Même si la Cour internationale de Justice avait exigé la destruction du mur en 2004, rien n’a depuis été fait.

A quelques semaines de sa précédente œuvre en Angleterre où deux rennes tiraient le banc d’un sans-abri à la barbe blanche ( Article ici ), l’artiste récidive.

Une piqûre de rappel de Banksy qui a définitivement fait de son art, un moyen de communication puissant. Si certains artistes n’osent mélanger métier et moyen d’action, lui a clairement décidé qu’il serait son leitmotiv.

crèche
La cicatrice de Bethléem, décembre 2019 @Banksy

Alors oui, un Banksy, encore un, un de plus, relayé par tous les médias. Mais il est intéressant de réaliser à quel point l’homme se sert de cette popularité puissante et par moment reconnaissons-le, trop poussée, pour diffuser ses idées sociales.

Noël oui, mais sans oublier ce qu’il se passe ailleurs. Difficile d’être contre. ◊

La cicatrice de Bethléem, Banksy
The Walled Off Hotel
182 Caritas Street
Bethléem
Palestine
http://banksy.co.uk

0 comments on “La crèche de Banksy, piqûre de rappel avant les fêtes de Noël

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :