News

Banksy, roi du plexi

Quand Banksy nous fait déraper

Banksy est à Paris, l’information circule comme une traînée de poudre, embrasant la capitale. Titres vendeurs, phrases et photos identiques utilisées à tout va : Banksy bankable, on le sait. Et comme souvent, son art fait déraper.

C’est toujours la même sérénade engagée par les apparitions mystères de Banksy : d’abord en parler, être dans les premiers à le faire pour garder son titre de média sérieux. Peu importe les erreurs de vocabulaire, on parle d’art urbain, de street art, de graff, de pochoir, de vandalisme et on mixe le tout. L’important est d’être en place, de faire des vues, information froide. Tristesse, abîme intellectuel au service des travers sociétaux.

20180625_182902
Banksy sous plexi, où l’on devine encore les intrusions ‘artistiques’, 2 rue Victor Cousin Paris 5, 2018 ©Streep

Miroir, mon beau miroir

Et les gens se précipitent devant ce pochoir, pour certains, le sens du message importe peu. Il faut la photo, la vidéo, postons, manifestons-nous. La rengaine usée des méninges continue. On infuse.

Alimentée par d’autres individus nommés hâtivement artistes, qui viennent coller, dessiner, faire n’importe quoi, mais vite, pour exister. On pense à notre animal de compagnie qui vide sa vessie contre les poteaux communaux, certaines fois par envie mais souvent pour marquer son territoire.

20180625_183633
Banksy sous plexi, 25 rue Maître-Albert Paris 5, 2018 ©Streep

Ou la danse des plexiglas, appel de nos cerveaux fatigués

Passé l’annonce, l’envie d’avoir et d’être vu, un autre sentiment heureux continue le prolongement : la sauvegarde de cet art monétisable. Alors là, argent oblige, le cortège s’organise. Chacun y va de son plexiglass. L’art urbain né dans la rue ? S’il y a possibilité de gagner un peu, on prend ! Un château de sable que l’on voudrait fait de béton.

Pour l’instant, deux œuvres de l’artiste n’ont pas encore été «protégées», elles ont donc été toyées, c’est le jeu, alimentant l’excuse fétide des opportunistes.

Marée noire recherchée engluant nos réflexes. Et si on prenait le temps de cogiter, se pencher sur la magie de cet art divulguant un message éphémère, impact instantané comme un polaroïd. Tout ne peut et ne doit pas être gardé.

Une intervention qui fait réfléchir à la nature humaine et nos défauts mal contrôlables. ◊

Où voir les oeuvres de Banksy à Paris :

Banksy à Paris
56 Boulevard Ney
Paris 18

Banksy à Paris
2 rue Victor cousin
Paris 5

Banksy à Paris
25 rue Maître Albert
Paris 5

Banksy à Paris
rue Rambuteau
Paris 3

Banksy à Paris
rue du Mont Cenis
Paris 18

Banksy à Paris
41 avenue de Flandre
Paris 19

Banksy à Paris
passage Saint-Pierre-Amelot
Paris 11

3 comments on “Banksy, roi du plexi

  1. J’ai toujours été pour la protectiont d’œuvre d’art il y a du pour et du contre le street art murale est éphémère mais je peut très bien comprendre qu’on veuille protégé des œuvres de Banksi et autre il sont les pionniers du street art reconnu par leur père et il serait bien dommage que cela disparaisse est-ce qu’un plexis feras la faire afin de protéger cette œuvre ? Au fil du temps je ne crois pas mais la protéger du non respect des autres oui je suis tout à fait d’accord, il y a temp à faire c’est pour toutes ces raison que je me bat depuis 35ans à faire valoriser les artistes c’est d’ailleurs pour ça que les street artistes veule lésé des traces de leur œuvre pour qu’elle soit vue par Touts petit est grand un art reconnu dans le monde j’apprécie cette art c’est pour cette raison que j’ai dédier ma galerie au street art dernier nouvement reconnue à se jour il faut être passionné pour aimé l’art un combat que des galeries professionnels comme moi même mettent un point donneur à défendre ces artistes et je dit bien artistes du passer,d’aujourd’hui et de demain
    C’est artistes se sont adaptés au galerie pour lésé des tirasses de leur œuvres dont la création à des support différent il sont l’avenir de la création d’une culture d’artistes reconnue merci à Steep
    Galerie Francis Noel ESPACE 75 (Belgique)

    • alexandrepayot

      Ce n’est pas un art qui doit être sous plexiglass, c’est ridicule. Laissons le vivre ce qu’il doit vivre 😉

  2. camomille deglé

    Le plexiglass est selon moi une atteinte au principe même de cet art de rue.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :