News

Premier solo show pour l’artiste urbain Tempo Entre transparence visuelle et quête de sens

Memento Mori, la première exposition pour Tempo

Visage de profil d’une jeune femme en noir et blanc, derrière un rideau de bulles. Elles se comptent au nombre de 80, comme autant d’années d’espérances de vie. Souviens-toi que tu vas mourir semblent-elles lui souffler, rappelant le nom de l’exposition. Tempo, artiste sombre ou interrogatif de notre passage sur cette terre ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
L’Anonyme, détails, Tempo Nok, 2018

L’artiste, né en 1982, originaire de la région parisienne, affiche de nouvelles toiles aux couleurs dominantes plus adoucies. Pas de flashy mais de l’ocre, du gris, du noir. Le titre de sa première exposition solo interroge également, Memento Mori, locution latine signifiant : souviens-toi que tu vas mourir. A quoi doit-on s’attendre ?

 Tu seras un homme, mon fils

«A une ode à la vie !» s’exclame l’artiste.

«Je souhaitais que mes couleurs se rapprochent de celles de la terre. C’est une démarche introspective où je me suis aussi éloigné des codes du graffiti pour plus de symbolisme, d’abstraction. On y parle de l’homme, de sa condition humaine, de ses pensées et du temps qu’il passe sur cette terre.» Tempo

Pas de squelettes ni d’anges, domaine privilégié du Memento Mori, mais des crânes transparents, représentations picturales chères à Tempo. «Ils me permettent différents sens de lecture : ce que l’on voit directement et ce qu’ils cachent dans leurs reflets. Une façon d’interpeller chacun sur le sens que l’on donne à la vie. »

Nom de code : Human Being

Seul mot d’ordre à cette création artistique : être dans le prolongement du projet «Human Being» mené par Hanna Ouaziz, fondatrice de l’agence parisienne H.Art a Lifestyle. Un cycle de cinq expositions autour de l’être humain. «Après le group show autour du thème du souffle, puis du rêve, après le solo show de l’artiste Onsept et ses voyages intérieurs, cette quatrième exposition traite de la vie, du temps qui passe» précise-t-elle. «Je souhaitais non seulement travailler avec des artistes qui ont un propos et des idées avancées sur l’homme moderne et sa condition, mais aussi avec des talents qui ont leur singularité sur la scène artistique actuelle».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Carpe Diem, Tempo Nok, 2018

Souviens-toi que tu n’es qu’un homme

A travers ses vanités aux noms de fleurs ou ses bulles légères et oniriques, Tempo nous interroge sur nos défauts, on ne peut plus humains, nos excès, nos envies, nos addictions.

Avec la toile intitulée Rose, la transparence du crâne comme une goutte d’eau évanescente nous dévoile une femme nue, jambes écartées, empruntée à la photographie érotique torturée du japonais Nobuyoshi Araki (né en 1940). Place à la réalité.

Et cette mouche verte aux 120 bulles qui arrive en fin d’accrochage. Une toile imposante, des couleurs attrayantes, mais un insecte déroutant. Il n’est autre que le premier des êtres vivants à ramener l’homme dans le cycle de la nature lorsque la vie n’est plus…

Autant de contradictions savamment recherchées par l’artiste et qui donnent sens à cette exposition. Utopisme de l’homme parfait ? Tempo nous interroge à travers ces toiles. Au moins peut-on essayer de s’en rapprocher, comme le «si» du poète britannique Ruydard Kipling (1865-1936), Tu seras un homme, mon fils. ◊

Tempo Nok
Memento Mori
Solo Show organisé par H.Art a Lifestyle

Du 20 septembre au 3 octobre
Passage Guigon
39 rue de Charenton
75012 Paris
h-art.eu.com

0 comments on “Premier solo show pour l’artiste urbain Tempo Entre transparence visuelle et quête de sens

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :