News Non classé

Banksy a encore frappé : son œuvre auto-détruite aux enchères

Une œuvre de Banksy s’autodétruit juste après avoir été vendue aux enchères

Une œuvre de Banksy s’auto-détruit juste après avoir été vendue aux enchères. Un nouveau cas qui fera jurisprudence ?

IMG_4987
Banksy, Girl with Red Balloon, 2006. Vendu à £1,042,000 ($1.4 Million) ©Banksy

Londres, vendredi soir. La toile en peinture acrylique de l’artiste Banksy Girl with Red Ballon (2006) vient de trouver acquéreur chez Sotheby’s.

Mais quelques minutes seulement après l’adjudication, stupéfaction générale, une alarme retentit, provenant…du tableau ! Et voilà qu’il se retrouve en partie découpé par une broyeuse habilement dissimulée dans le cadre. La salle finira par applaudir, la toile vite enlevée par deux employés.

C’est « certainement la première fois dans l’histoire de la vente aux enchères qu’une œuvre d’art se déchiquette automatiquement après être passée sous le marteau », remarque la maison d’enchères, affirmant sa surprise. (étonnant tout de même)

Un cluedo grandeur nature

L’artiste a commenté son acte sur son compte instagram par une photo à la légende évocatrice : «Adjugé vendu». Reste à savoir qui a pris ce cliché…

960x614_capture-ecran-post-instagram-artiste-banksy-montrant-oeuvres-tout-juste-vendue-chez-sotheby-autodetruire

On pourra aussi se demander comment la maison de vente pouvait ne pas être au courant d’une telle opération, qu’elle dénomme «incident inattendu». Peut-on vraiment cacher une broyeuse dans un cadre manipulé par les employés de la maison et dont l’authenticité a forcément été vérifié ? Enfin, qui a actionné la broyeuse ? La même personne qui a posté le cliché ou un autre complice ?

Les limites du marché de l’art ou un nouveau cas de jurisprudence

Une performance qui fera à coup sûr monter le prix de la toile volontairement endommagée : folie d’un système critiqué par l’artiste mais toujours vainqueur. Ce dernier n’en est plus a son premier coup monté, sa façon à lui de nous interroger sur ce marché de l’art bien souvent aberrant.

Mais ce qui est particulièrement intéressant ici c’est le nouveau cas de jurisprudence qu’elle fait naître.

L’acheteur va t-il annuler sa vente puisqu’il y a défaut d’un des éléments au contrat ou au contraire se réjouir de son « œuvre vivante » ? La toile n’était en effet pas dans cet état lors de la mise en vente. Autrement dit, son possesseur n’a jamais donné son consentement en ces termes. La vente, de par le droit des obligations, pourrait donc être dite caduque.

Il est très probable que l’acheteur et la maison de vente trouvent un accord confidentiel. D’autant plus que l’œuvre doit à présent avoir une toute autre valeur, symbolique bien sûr, mais monétaire surtout…Affaire à suivre. ◊

Girl with Red Ballon (2006), Banksy
Vente aux enchères du 5 octobre 2018, Sotheby’s

Quand l’art de Banksy fait déraper

0 comments on “Banksy a encore frappé : son œuvre auto-détruite aux enchères

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :